Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 15:01
Le rock 'n roll n'est pas mort. La preuve, les Mulliez viennent d'y investir. L’année de ses 10 ans, et alors que l’enseigne compte déjà 39 magasins, Cultura a signé début avril sa première opération de croissance externe. L’entreprise fondée par Philippe Van der Wees a en effet racheté la société Milonga, une chaîne de 16 magasins spécialistes de la vente d’instruments de musique. Tout comme pour Cultura, il s’agit de points de vente implantés dans les centres commerciaux avec pour objectif affiché de « rendre la musique accessible au plus grand nombre ». Créée en 2000 près de Marseille, Milonga emploie 200 salariés et aréalisé l’an passé un chiffre d’affaires estimé à 20 millions d’euros.
Cette acquisition intervient quelques mois après une autre opération significative. A l’automne dernier, soucieux d’améliorer ses conditions d’achats auprès des maisons de disques, Cultura avait noué un partenariat avec Starter, une centrale d’achat qui regroupe une centaine de disquaires indépendants.
Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 15:00
Extension de la centrale d’achats Auchan à Villeneuve d’Ascq, construction du site Domyos (Décathlon) à Marcq-en-Baroeul, déménagement du siège de Leroy-Merlin à Ronchin, installation du B-Twin Village à Lille, etc. : sur la métropole lilloise, nombreux sont actuellement les projets immobiliers des entreprises de la galaxie Mulliez. Ils témoignent de l’expansion des activités dans les différentes branches de cet empire familial, premier acteur non coté de l’économie française.
En matière de développement, l’association familiale non plus, n’est pas en reste. Pour faire face à l’accroissement du nombre des associés (ils sont aujourd’hui 550), les services centraux de l’AFM vont emménager cet automne dans un nouveau bâtiment. Situé lui aussi à Roubaix sur le boulevard du Général de Gaulle, il présente une architecture (voir la photo) et un emplacement nettement moins anodins que le siège actuel. De ses baies vitrées, par delà la large chaussée et les rails du tramway, la vue sur le magnifique parc Barbieux est imprenable. Il n’empêche, on reste néanmoins encore loin - très loin - des bâtiments de grand standing qui, à Paris, abritent les états-majors des groupes du Cac 40 ou des multinationales de la finance.
Plus d’une cinquantaine de personnes travaillent chez Mobilis, le family office des Mulliez. Outre les membres élus du conseil de gérance, on y trouve des juristes, des fiscalistes, des spécialistes de la finance, etc. Leurs missions sont multiples. C’est tout d’abord l’organisation juridique entre les différentes holdings qui coiffent les entreprises et l’optimisation fiscale. Ce sont ensuite les prestations de services administratifs à destination des associés. C’est encore la gestion des flux de trésorerie et des placements (CavaBanque et CavaGestion), la formation des associés, l'animation des conseils de surveillance, etc.
Contrairement aux sièges des entreprises de la galaxie, qui reçoivent énormément de visiteurs, les services centraux de l’AFM, eux, sont essentiellement en relation avec les associés. Il ne faut donc pas s’attendre à voir apparaître de logo Mulliez sur la façade. Pour vivre heureux, …
Partager cet article
Repost0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 15:06
On se souvient, il y a quelques années, que les magasins Auchan avaient refusé de mettre en rayon le livre de Catherine Millet, « la vie sexuelle de Catherine M. ». Plusieurs articles de presse avaient alors raillé la pudibonderie de ses dirigeants. Début avril, c’est une toute autre image qu’Auchan a donnée de son enseigne. Grâce à une série exclusive de photos plutôt déshabillées de la présentatrice Virginie Efira au sommaire de son hebdo TV Envies, Auchan a déclenché un vrai buzz sur internet. Jamais sans doute, son journal de programmes télé n’avait autant fait parler de lui. L’histoire ne dit pas si le rédac’chef du journal avait préalablement fait valider son sujet en haut lieu. Certes, les poses de l’animatrice de M6 n'ont rien à voir avec les récits de partouze de Catherine Millet, mais tout de même... Les temps changent.
Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 15:18

Au lendemain de l’annonce de ses résultats 2007, le groupe Auchan a communiqué à ses salariés actionnaires la nouvelle valeur de la part du Fonds Commun de Placement Valauchan. Elle s’établit désormais à 322 euros, soit une progression de 6,25 % par rapport à l’an passé.
Au regard des comptes publiés et des perspectives de développement de l’entreprise (notamment liées à l’ambitieux plan Vision 2015 et aux investissements réalisés en 2007 : 1,7 milliard d’euros, un montant en hausse de 45 %), on observe la déception de certains salariés qui s’attendaient à une revalorisation plus forte de leur portefeuille. A titre de comparaison, l’an passé, la valeur de la part avait progressé de 10,16 %.
Le fonds Valauchan est composé de titres Auchan (à hauteur de 82 %) et d'une caisse de rachat (18 %) destinée aux remboursements de parts en cours d'année et constituée de produits financiers. L'évolution de la part Valauchan est donc la résultante de l'évolution pondérée de ces deux catégories de titres. Si les experts ont revalorisé de 8 % la valeur des titres Auchan, en revanche, du fait de la crise financière, la caisse de rachat a perdu 1,9 % sur l'année, pénalisant proportionnellement la part Valauchan.
Les salariés d’Auchan qui ont choisi de placer leur capital dans Valauchan peuvent se consoler et se dire qu'ils ont enregistré de meilleurs résultats sur les douze mois écoulés que leurs collègues de Carrefour ou Casino, deux entreprises dont le capital est directement exposé aux aléas des places boursières. Les titres de ces deux groupes cotés se sont en effet respectivement repliés de 8,4 % et 1,6 % depuis avril 2007.
Résultant de la même estimation d’experts que celle retenue par la famille Mulliez pour ses propres titres, la valorisation de la part Valauchan reflète à la fois les performances du groupe sur l’année écoulée, la situation sur l’exercice en cours et les perspectives d’avenir. A défaut de cours de Bourse, c’est la seule communication qui permette d’apprécier l’évolution de la valeur de l’entreprise. Une information toujours très attendue s’agissant du premier groupe familial non coté de l’économie française.
Au sein du groupe nordiste, l’actionnariat salarié tient une place particulière. Mis en place dès 1977 par la famille Mulliez, il représente aujourd’hui 13 % du capital de l’entreprise, ce qui fait d’Auchan l’une des entreprises hexagonales les plus impliquées sur ce dossier. Un dossier qui est revenu sous les feux de l’actualité ces derniers mois à la faveur de deux prises de position contradictoires de Nicolas Sarkozy : 1) sa volonté d’encourager les entreprises à développer l’actionnariat salarié, facteur de stabilité capitalistique 2) le recours aux déblocages anticipés des sommes placées au titre de la participation afin de soutenir le pouvoir d’achat.
Chez Auchan, 97 % des collaborateurs sont actionnaires. Pour un tiers d’entre eux, les sommes capitalisées représentent plus d’un an de salaire. Le patrimoine moyen d’un actionnaire Valauchan s’établit à 29 102 euros.
En 2007, Auchan a étendu le bénéfice de l’actionnariat salarié à ses salariés chinois. Cette année, ce sont les collaborateurs russes qui vont expérimenter le système.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 16:20
Le groupe Décathlon vient de publier une (petite) partie de ses résultats pour l'année 2007. Le chiffre d'affaires hors taxes ressort à 4,48 milliards d'euros, en hausse de 11,7 %. Cette croissance est due à la fois à l'ouverture de nouveaux magasins (32 unités créées l'an passé, principalement en France, Italie et Espagne) et à de bonnes performances (+ 7,5 %) dans les points de vente existants.
La France, qui représente 55 % de l'activité, a enregistré l'an passé des ventes en hausse de 6,9 %. Les responsables de l'enseigne y voient notamment l'effet bénéfique des vagues de publicité TV : 8 spots au total pour les différentes marques maison que sont Domyos, Quechua, Wed'ze, Kalenji, Forclaz, etc. Avant 2007, les enseignes de distribution n'avaient pas accès à la pub TV.
Tout comme l'an passé, le groupe Leroy-Merlin s'était changé en Adéo, Décathlon se dote à son tour d'une nouvelle identité de groupe, Oxylane. L'objectif est de bien marquer la distinction entre  l'enseigne-phare et les autres activités, appelées à se développer. Au plan éthymologique, le cousinage avec la structure Oxynvest et ses filiales Oxydev et Oxypar, est évident. Rappelons qu'Oxynvest est le fonds d'investissement de la holding de Michel Leclercq, le fondateur de Décathlon et qu'Oxydev et Oxypar sont respectivement dédiées au développement des nouvelles pistes et aux prises de participation.
Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 16:27
Le groupe Auchan a inauguré vendredi 27 mars son premier hypermarché ukrainien, dans la capitale Kiev. Le point de vente s'étend sur 14 200 m², compte 90 caisses et emploie 548 salariés. Pour faire venir les clients du centre-ville, l'enseigne propose des navettes par bus. On les voit en jaune sur la photo ci-dessus.
Deux autres magasins sont en cours de construction et devraient ouvrir dans le courant de l'année. Il y a un an, en mars 2007, le groupe avait annoncé avoir conclu un accord avec le groupe local Furshet, lui permettant ainsi de prendre pied dans ce nouveau pays.
Fort de ses 46 millions d'habitants, l'Ukraine présente un potentiel important pour les distributeurs. Pour Auchan, c'est une étape supplémentaire dans sa stratégie de développement en Europe de l'Est. Déjà présent en Pologne, Hongrie, Russie et Roumanie, le groupe de la famille Mulliez enregistre dans cette région du monde ses meilleurs taux de progression.
Un détail sur cette photo : on peut remarquer à droite, au-dessus des gondoles, un impressionnant empilement de palettes. Comme dans les autres pays de l'Est, Auchan joue à fond la carte du discount et de la massification de l'offre façon entrepôt.
Partager cet article
Repost0
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 09:07
A la manière de Cécilia ex-Sarkozy, qui réservait ses déclarations à l'Est-Républicain, c'est au Bien Public, le journal de Saône-et-Loire que Thierry Mulliez, le patron de l'AFM, a récemment accordé une interview. C'est la première fois en 10 ans de mandat que le président du conseil familial Mulliez s'exprime dans la presse. Le fait qu'il ait choisi ce petit quotidien régional plutôt que les prestigieuses colonnes des Echos, du Figaro ou du Monde est révélateur de ce provincialisme auquel les Mulliez sont tant attachés.
En fait, Thierry Mulliez intervenait à Dijon dans le cadre d'une réunion organisée par le Réseau Entreprendre, la structure d'aide aux créateurs d'entreprise fondée par son oncle, André Mulliez. En préambule au bref entretien publié dans l'édition du samedi 8 mars, le président de l'AFM avait expliqué à Berty Robert, journaliste au Bien Public : "Je rêve de pouvoir parler à un journaliste sans qu'il écrive quoi que ce soit sur moi"...
Partager cet article
Repost0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 08:14
 Le magazine Linéaires a mis à jour son classement annuel des 100 hypermarchés français ayant généré les plus gros chiffres d’affaires. Au coude à coude, les deux enseignes Auchan et Carrefour placent chacune 44 points de vente dans le hit-parade 2007. Des magasins qui apportent évidemment une contribution décisive aux performances globales des groupes.
Illustration du bon millésime 2007 réalisé par l’enseigne au rouge-gorge : 41 des 44 magasins ont vu leurs ventes croître l’an passé alors que chez Carrefour, c’est seulement un hypermarché du Top 100 sur deux qui a progressé en 2007. L’écart de performance ne concerne pas seulement les plus gros magasins mais se vérifie sur l’ensemble du parc hexagonal avec un CA 2007 chez Auchan France en hausse de + 2,4 % soit exactement le double de Carrefour (+ 1,2 %). Par rapport à 2006, année de quasi-stabilité pour le CA Auchan France, 2007 est donc marqué par une reprise sensible de l’activité. En matière de rentabilité, la baisse du résultat net d’Auchan France amorcée en 2004 – avec le début de la réforme de la loi Galland – s’est poursuivie sur 2007. Cependant, alors qu’à la mi-octobre Arnaud Mulliez avait tiré la sonnette d’alarme, prédisant un recul de 10 %, les bonnes performances commerciales sur la fin d’année ont finalement permis de boucler sur l’exercice sur un repli limité à 3 %.
Dans l’attente de la publication officielle des résultats du groupe, annoncée pour le début avril, on peut encore citer l’évolution des ventes d’Atac France, + 0,3 %. Un chiffre qui peut surprendre au regard de la baisse des parts de marché de l’enseigne. L’explication : celle-ci est principalement due aux mauvaises performances enregistrées par les magasins franchisés, lesquels ne sont évidemment pas consolidés dans les comptes d’Atac France.
Partager cet article
Repost0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 21:43
 « Il y a 20 ans, quand les jeunes diplômés de la région lilloise sortaient de l’école, ils rêvaient tous d’intégrer Auchan. Aujourd’hui, c’est chez Leroy-Merlin qu’ils ont le plus envie d’entrer ». Ce témoignage en dit long sur l’attractivité comparée de ces deux enseignes phares de la galaxie Mulliez. Performances, perspectives de croissance, culture d’entreprise : le groupe Adéo est aujourd’hui une très belle machine économique, positionnée – qui plus est – sur un secteur en plein dynamisme : le bricolage et l’aménagement de la maison.
Des différentes sociétés de la galaxie nordiste, le groupe Adéo a été la première à annoncer son chiffre d’affaires 2007. Il ressort à 8 milliards d’euros, soit une progression de près de 20 % par rapport à 2006. La valeur de la part du FCP Valadeo - qui sera annoncée en avril -  devrait à nouveau connaître une forte hausse. Pour mémoire, l'an passé, elle avait progressé de 22,6 %. Au cours des cinq dernières années, le patrimoine placé par les collaborateurs dans l'entreprise a vu sa valeur multipliée par 2,3. Ces forts taux de valorisation de l'actionnariat salarié ne sont d'ailleurs pas étrangers à l'attractivité du groupe.
En décembre, Adéo a lancé à Massy, dans l’Essonne, une nouvelle enseigne, centrée sur la décoration et « l’accessoirisation » de la maison : Objets et Cie. Sur la base des très bons résultats enregistrés en l’espace de quelques mois par ce premier point de vente, le concept a été validé et la direction du groupe a donné son feu vert pour le déploiement de nouvelles unités. Par rapport aux gammes de bricolage et au cœur de métier d’Adéo, la décoration présente l’avantage de générer non seulement du chiffre d’affaires additionnel mais également des marges supérieures.
Pour faire face à son développement, le groupe Adéo va quitter son siège de Lezennes et s’installer dans le courant de l’année dans de nouveaux locaux, à Ronchin, toujours en périphérie de Lille.
Partager cet article
Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 12:20

En 2008, Cultura fête ses 10 ans d’existence. Fondée par Philippe Van der Wees, un ancien cadre de Kiabi, la « petite Fnac qui monte » compte désormais 38 magasins sur l’Hexagone. Bien que n’étant pas détenue par l’association familiale Mulliez, l’enseigne n’en fait pas moins partie de la galaxie nordiste. L’épouse de Philippe Van der Wees, Muriel, est en effet l’une des filles d’André Mulliez, l'un des piliers du clan, et fait partie des sept associés familiaux élus au conseil central de l’AFM. Son mari, lui, préside le conseil de surveillance de l’enseigne de prêt-à-porter Xanaka. Jusqu’à présent, le couple actionnaire est parvenu à autofinancer le développement de l’entreprise, aidé - il est vrai - par quelques cousins qui interviennent à titre individuel, en marge du pacte collectif. De ce point de vue, la situation actionnariale de Cultura contraste avec celle qu’avait connue Décathlon en 1980. Michel Leclercq, le fondateur de l’enseigne, confronté à des problèmes de trésorerie pour financer son expansion, avait alors été contraint de faire souscrire une augmentation de capital par l’association familiale. Et par conséquent d’abandonner son statut d’actionnaire majoritaire. Une alternative qui n'est manifestement pas à l'ordre du jour chez Cultura.

Partager cet article
Repost0

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.