Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 11:36


Auchan France vient d'annoncer à l'ensemble de ses collaborateurs la mise en place d'une nouvelle organisation. Cela concerne les directions régionales, appelées chez Auchan des directions opérationnelles (DO). Elles restent au nombre de cinq, avec des équipes et des périmètres géographiques inchangés, en revanche, les directeurs, eux, passent à 10. Il seront dorénavant en tandem, deux par DO, et se partageront les magasins. En interne, nombreux sont ceux qui y voient une manière de revenir au découpage en vigueur jusqu'en 2007, quand Philippe Baroukh, soucieux d'économies, avait décidé de diviser par deux le nombre de DO. Les directeurs s'étaient retrouvés avec parfois plus de 20 hypers chacun, ce qui ne garantissait
pas à l'évidence une proximité suffisante avec les directeurs de magasins. Philippe Baroukh a pris acte de son échec sur ce point et rectifie donc le tir.
Ce changement profite à cinq directeurs de magasins promus directeurs opérationnels. Parmi eux, par exemple, celui de Vélizy, de Mériadeck ou encore celui qui pilotait le chantier "ré-enchanter l'hyper". A noter dans le Nord le départ du DO Marc Lambert, dorénavant en charge du concept Auchan City (à lire bientôt sur leBlogMulliez.com) dont la première unité ouvrira à Tourcoing. Pour sa part, Joël Fabiani, l'ex-DRH qui faisait ses classes en magasin à Leers, est nommé à la direction opérationnelle Sud.
Voici la liste complète des directeurs opérationnels par grande région :
Nord :
Vincent Mignot et Olivier Barbry
Région parisienne : Thierry Palluat de Besset et Wilhelm Hubner
Ouest : Bruno Terrier et Yvan Otschapovski
Sud : Joël Fabiani  et Denis Binauld
Est : Eric Galant et Olivier Nonque


Partager cet article

Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 19:15


Les collaborateurs des entrepôts Pimkie au sein desquels des suppressions de postes ont été annoncées (lire le communiqué de presse)
y trouveront peut-être matière à espérer des perspectives de reclassement au sein de la galaxie Mulliez : Catherine Gallais, l'ex-directrice de Pimkie France, qui avait quitté l'entreprise à la fin mars a depuis été réembauchée dans l'une des enseignes de l'empire, en l'occurrence Cannelle Lingerie. Elle y remplace Pascal Huart au poste de directeur général. Initialement  développée dans le sillage de Phildar, Cannelle compte aujourd'hui 130 boutiques en France, exploitées pour moitié en propre, pour moitié en franchise. Chez Cannelle, Catherine Gallais (qui avait aussi travaillé chez Auchan il y a quelques années en qualité de DRH des services centraux) retrouve un président qu'elle connaît bien puisqu'il s'agit de ...Richard Maurice. Manifestement, l'AFM compte donc sur cet homme pour relancer ses enseignes de prêt-à-porter féminin comme il avait su redynamiser Kiabi de 2002 à 2007. Signe supplémentaire de son retour en grâce  - après son escapade chez le concurrent Camaïeu -, Gérard Mulliez lui-même vient de mettre à sa disposition une coquette résidence. Connaissant la radinerie légendaire du fondateur d'Auchan, le loyer a dû faire l'objet d'âpres négociations...

Partager cet article

Repost0
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 11:11
Evoquées sur ce blog dès le 20 avril, les suppressions de postes chez Pimkie ont été annoncées au comité central d'entreprise jeudi 14 mai. Le projet de réorganisation concerne les deux entrepôts Diramode de Neuville-en-Ferrain et Wasquehal. 138 des 275 postes vont disparaître, soit une division par deux des effectifs. Au siège, 52 postes seront supprimés dans dans les services informatique, ressources humaines, clientèle, inventaire et travaux.
Le 28 mai, la direction va faire des propositions aux représentants du personnel dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi. Des reclassements devraient y être proposés, notamment dans certaines autres enseignes de la galaxie Mulliez, commercialement plus dynamiques.
Les points de vente ne sont pas concernés par la réorganisation. Cependant, les différentes directions nationales vont être supprimées et remplacées par des directions internationales par zone. Elle seraient au nombre de quatre, avec les périmètres suivants :  France, Belgique, Luxembourg et Allemagne ; Espagne et Italie ; Europe de l'Est ; Moyen-Orient. Par ailleurs, les services achats vont être regroupés dans une centrale unique en lieu et place des centrales nationales.
Plus d'infos sur Pimkie dans ma note du 3 février 2009 relative à l'arrivée surprise de Richard Maurice, ex-Kiabi, ex-Camaïeu, à la tête du conseil de surveillance de l'enseigne.

Partager cet article

Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 14:44
Ce vendredi 15 mai au matin s'est ouverte dans la plus grande discrétion près de Lille l'assemblée générale de l'association familiale Mulliez. Un moment charnière dans la vie de ce clan, collectivement propriétaire de la première puissance non cotée de l'économie française. Par delà les retrouvailles familiales des quelque 550 cousins associés, cette réunion est pour eux l'occasion de faire le point sur les entreprises, sur les choix de l'AFM et sur les services proposés aux actionnaires par le family office Mobilis.
L'AG se déroule en deux temps. La première journée est consacrée aux entreprises. Les présidents des différents conseils de surveillance présentent les résultats et les orientations stratégiques. Le samedi, ce sont les sujets liés à l'association qui, sous la présidence de Thierry Mulliez, le patron du conseil central (photo ci-dessus) sont au coeur des débats avec notamment les informations relatives à la valorisation des titres et au montant du dividende. Aucune information n'a évidemment filtré mais on peut cependant, en extrapolant et en pondérant les valeurs communiquées par les experts aux salariés-actionnaires des entreprises dotées de FCP, procéder à une estimation. Pour la première fois depuis la création de l'AFM, en 1955, le patrimoine de l'association aurait reculer en 2009. Un repli que je chiffre entre 0 et - 1 %.
Chaque année, les associés sont également amenés à se prononcer par vote sur divers points d'évolution de leur réglement intérieur. Les propositions sont faites par le conseil de gérance. Elles doivent généralement recueillir les deux tiers des suffrages pour être adoptées. Les droits de vote sont proportionnels au capital détenu. Contrairement à ce qui s'est passé chez L'Oréal ou chez Wendel, dont l'AG a été émaillée par de vives divergences familiales, les éventuels éclats de voix de la tribu des Mulliez devraient rester des secrets bien gardés.

Partager cet article

Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 12:16


Locomotive historique du groupe Mulliez, Auchan France se retrouve aujourd'hui dans une situation paradoxale. Certes, les 116 hypermarchés hexagonaux du géant nordiste restent le premier pourvoyeur de cash de tout l'empire ; certes, ils conservent une attractivité que des concurrents comme Carrefour ou Géant leur envient ; certes leur modèle commercial repose sur des fondamentaux solides. Pourtant, sur les produits de grande consommation (PGC), le secteur le plus stratégique pour les grandes surfaces généralistes, Auchan France est sur une pente clairement descendante. La dernière livraison du Référenseigne TNS WorlPanel le confirme : au cours du premier trimestre, l'enseigne a vu sa part de marché diminuer de 0,2 point, à 8,5 %. Dépassé par Système U, qui lui a ravi la 4e place, Auchan est désormais 5e. Le champion des grands hypers pourrait même, au vu des progressions actuelles de Carrefour Market (actuel 6e), glisser encore un peu bas au classement.
Dans le nouveau contexte issu de la loi de modernisation de l'économie, la marginalisation rampante de l'enseigne a de quoi inquiéter ses dirigeants et ses collaborateurs. Les nouvelles libertés offertes par la législation en matière de différenciation tarifaire font le jeu des acteurs qui sont en situation de négocier les meilleures remises auprès des grands fabricants. Ce qui peut devenir difficile quand on perd des parts de marché. Au coeur de l'offre des magasins, les articles du quotidien, incontournables sur les listes de courses comme sur les prospectus distribués en boîte aux lettres, sont décisifs pour les enseignes. C'est d'abord pour eux que les clients viennent faire le plein de fin de semaine. Ce sont aussi des produits et des marques dont les consommateurs connaissent les prix par coeur...
Au sein de l'empire Mulliez, cet effritement des positions d'Auchan France contraste avec les performances des autres grandes enseignes. Leroy-Merlin, Décathlon, Kiabi, Flunch, etc. : autant d'entreprises leaders sur leur marché domestique et qui parfois ont même totalement laminé leurs concurrents. Le décalage subi par Auchan sur l'Hexagone sera difficile à remonter. Même une énorme opération de croissance externe (telle que par exemple la reprise des 110 Géant Casino ou des 60 Cora) ne suffirait pas à générer un supplément de part de marché susceptible de hisser l'enseigne sur le podium.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 12:51

La valeur de la part d'Agap'action a été communiquée mercredi 13 mai. Alors que de nombreux collaborateurs s'attendaient à une évolution négative, c'est une progression de 2,48 % qui a été annoncée au sein d'Agapes restauration, la branche restauration de l'empire Mulliez. Elle est néanmoins en retrait par
rapport aux années précédentes (+16 % l'année dernière). Les experts en charge de l'évaluation se sont réunis avant la décision de baisser la TVA à 5,5 % au 1er juillet, ils n'ont dons pas intégré cette bonne nouvelle dans leur cotation de la part. Cela laisse augurer un rattrapage l'année prochaine.
A noter que, pour la deuxième année consécutive, l'enseigne Pizza Paï verse une participation légale nettement supérieure à celle de Flunch (6,76 % vs 3,58 %). Pizza Paï n'avait plus fait de participation depuis 1997 et vient d'enchaîner deux taux très performants à 11,58 % et 6,76 %. Les salariés du siège Agapes (compta, paye, informatique, ...) touchent contractuellement la participation de Flunch. Nul doute qu'ils préféreraient celle de Pizza Paï...

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 12:09

Les salariés-actionnaires de Kiabi (soit 79 % des effectifs) ont appris le taux d'évolution du FCP Kival pour 2009. Il ressort en hausse de 15,2 %. L'an passé, la valeur de part avait progressé de 18,7 %. Ces revalorisations significatives reflettent la poursuite de la dynamique de croissance dont bénéficie l'entreprise depuis maintenant quatre ans. En 2008, Kiabi a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 14 %, à 904,4 millions d'euros HT. Une progression dopée par l'ouverture de 43 nouveaux magasins. En comparable, la hausse des ventes se limite à 1,2 %. Lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi à Lille, Jean-Christophe Garbino, directeur général de l'entreprise, a confirmé l'information du BlogMulliez.com selon laquelle une centaine de magasins Vêti allaient prendre l'enseigne Kiabi. L'affiliation devient un vrai relai de croissance pour le groupe et lui permet notamment de s'implanter dans de  petites villes. "Nous étions convaincus que Kiabi n'était pas fait pour des zones de chalandise de moins de 50 000 habitants. Nous nous étions trompés, reconnaît JC Garbino. On s'est en effet aperçu que notre modèle est tout aussi viable dans les petites villes."
En 2008, selon le panéliste Secodip, Kiabi est devenu le numéro 1 des ventes de prêt-à-porter en France. Le groupe, qui a investi 60 millions d'euros en 2008, maintient son budget d'investissement pour 2009 avec 84 millions d'euros au global. L'entreprise, créée en 1978 par Patrick Mulliez (le frère du fondateur d'Auchan), emploie 7 274 salariés, dont 700 ont été recrutés en 2008.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 14:11
Pendant plusieurs années, les salariés-actionnaires de Boulanger sont restés à la traîne de leurs collègues des autres grandes enseignes de la galaxie Mulliez en matière de valorisation de leur épargne salariale. Avec une progression de sa valeur de part de + 16,09 %, HTM Invest, nouveau nom de Valboulanger, se distingue cette année comme le plus performant de tous les FCP de l'empire nordiste. En fait, la rupture remonte à 2008 : déjà, l'an passé, les experts en charge des estimations avaient noté un retournement de tendance et revalorisé l'entreprise de 40 %. Le retrait du marché espagnol et les bonnes performances des différents "métiers" (Boulanger France, Electro-Dépôt, B-dom, Webdistrib.com, activité grossiste, marque propre Essentiel B) permettent en l'occurrence une forme de rattrapage. Reste qu'il aura tout de même fallu attendre cinq ans pour voir se concrétiser pleinement les effets du plan de relance engagé en 2003 par Francis Cordelette.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 07:08
Le taux du FCP Valadéo pour 2009 s'établit à + 3,3 %, soit, comme chez Auchan (-1,13 %), le plus bas niveau d'évolution de toute l'histoire de l'entreprise.  Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas au sein d'Adeo (ex-groupe Leroy-Merlin). Il y a un mois tout juste, les collaborateurs de Leroy-Merlin France recevaient une prime de participation de 14 %, un record. Cette fois, c'est un record dans l'autre sens auquel ont abouti les experts en charge de l'évaluation du groupe. Sur la durée, les salariés-actionnaires d'Adeo restent néanmoins, au sein de la galaxie Mulliez, ceux dont le patrimoine s'est le mieux valorisé. Au cours des 10 années écoulées, les sommes placées dans l'entreprise ont vu leur valeur multipliées par 5.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 07:05

D'ici quelques semaines, Christophe Dubrulle (à droite sur la photo), le président du directoire d'Auchan, va être en mesure de faire valoir ses droits à la retraite. Le choix du successeur de ce fidèle compagnon de Gérard Mulliez va constituer un acte fort pour Vianney Mulliez, président du conseil de surveillance depuis le départ, en 2006, du fondateur du groupe.
Ce choix sera d'autant plus scruté, en interne, que Vianney Mulliez (à gauche sur la photo) a montré en trois ans qu'il avait une conception très opérationnelle de son mandat. Présent sur de multiples fronts, il n'hésite pas à s'impliquer personnellement sur des dossiers où l'on attendrait davantage Arnaud Mulliez, patron de la France, ou justement Christophe Dubrulle, également en charge de la branche hypermarchés. Il est d'ailleurs vraisemblable que le départ de celui-ci signe la fin du cumul de ces deux fonctions. Pour ces deux postes à pourvoir, deux hommes sont en lice :
- Benoît Lheureux, ancien patron de l'Italie, entré en 2007 au directoire avec comme responsabilités le développement, les ressources humaines et Immochan. Un périmètre de nature à lui donner la hauteur de vue nécessaire à la présidence du directoire.
- Patrick Coignard, actuel président de la filiale espagnole, en charge des synergies hypermarchés, un poste stratégique au regard du poids de ce format (80 % du CA du groupe). Malgré les difficultés d'AlCampo sur 2008, il est favori pour la branche hypers.
Un troisième homme est également dans les starting-blocks : Philippe Saudo, actuel directeur général des supermarchés. "Programmé" pour succéder à Benoist Cirotteau à la présidence de cette branche, il doit d'abord réussir le passage sous l'enseigne Simply Market de l'intégralité du parc de supermarchés. D'ailleurs, il se pourrait bien que ce soit la date d'achèvement de ce vaste chantier, tout autant que l'anniversaire des 65 ans de Christophe Dubrulle (à la fin août), qui marque l'officialisation des promotions.


         
Benoît Lheureux  -
  Patrick Coignard  -  Philippe Saudo -   

Partager cet article

Repost0

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.