Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 18:10


Un comble pour l'enseigne phare de la galaxie Mulliez : c'est dans la région Nord, en plein bastion Auchan que Carrefour Market réalise ses meilleures performances depuis qu'a été enclenché le remplacement de l'enseigne Champion. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, la branche supermarchés du groupe Carrefour a ainsi gagné deux points de part de marché au cours de l'année écoulée, passant de 13 % à 15 %. Même si dans les autres régions, la dynamique est moins spectaculaire, il n'empêche que globalement Carrefour Market grapille chaque mois de nouvelles positions. D'après les derniers chiffres de TNS Worldpanel, publiés aujourd'hui par LSA, en octobre, Carrefour Market a progressé de 0,6 point à 8,5 %. Dans le même temps, Auchan a perdu 0,2 point et se retrouve à 8,4 % de part de marché. Autrement dit, après Super U qui lui était passé devant en début d'année, c'est une nouvelle enseigne qui dépasse Auchan. Laquelle n'est donc plus qu'en 6e position en France sur le marché des produits de grande consommation. Auchan a beau mieux maitriser le format du grand hyper que ses concurrents Carrefour ou Géant, cette dégradatation de son rang n'en est pas moins sans conséquences.

Le 500e Auchan a ouvert en Pologne samedi 21 novembre
A l'international, Auchan poursuit son déploiement avec trois nouveaux hypermarchés ouverts ces derniers jours : un au Portugal (le 30e), un en Ukraine (le 5e) et un en Pologne (le 25e), qui se trouve par ailleurs être le 500e hyper du groupe. Depuis le début de l'année, Auchan a ouvert 32 hypers dans le monde et prévoit en ouvrir 20 supplémentaires dans les cinq prochaines semaines, à en croire un communiqué diffusé par le groupe.

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 10:20


Jeudi 19 novembre, Gérard Mulliez doit intervenir en public pendant une heure trente à Lille dans le cadre du World Forum du réseau Alliances, consacré cette année au thème de l'argent responsable. Une conférence très attendue, sur le thème "Comment promouvoir le bon usage de l’argent au service du progrès économique et social." Le fondateur d'Auchan devrait notamment évoquer l'actionnariat salarié, la priorité à donner au réinvestissement des bénéfices, les vertus du capitalisme familial, etc.
Au sein du clan Mulliez, certains s'interrogent : le cousin Gérard ne risque-t-il pas de profiter de cette tribune pour évoquer quelques uns de ses différents familiaux ? Ne va-t-il pas
également être tenté de laisser traîner quelques peaux de bananes à l'intention de ses successeurs ? Ce ne serait pas la première fois. Témoin, ces propos tenus face à confrère en début d'année. En substance : "si je fais mieux mes affaires que les copains, c'est peut-être parce que je suis plus malin qu'eux, mais c'est peut-être aussi parce que je ne paie pas assez mes salariés". Ou encore, il y a 18 mois, sa prise de position sans ambiguïté contre les OGM, alors que son groupe - comme toutes les autres acteurs de la grande distribution - n'est pas franchement en mesure de certifier que ses rayons en sont dépourvus.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 08:39
Avec Oxygem et ses multiples filiales dédiées aux médias online, les enseignes de la galaxie Mulliez disposent d'un prestataire de choix pour leurs sites web. Encore faut-il qu'elles choisissent de consacrer un budget aux services Internet. Ce qui n'est à l'évidence pas l'option prise par Koodza, l'enseigne discount d'Oxylane qui propose dans ses magasins des articles Décathlon vendus par lot.
Pour toute vitrine sur le web, l'entreprise dispose en fait d'un simple blog, hébergé chez Typepad. Ce qui fait office de site Koodza est non seulement resté sur le compte ouvert par Toboggan (l'ancien nom de l'enseigne) mais dans une version de base, à 49,50 euros / an. Sans parler d'aller se délester de milliers d'euros chez Oxygem, pour seulement 40 euros de plus, l'enseigne pouvait pourtant disposer de quelques fonctionnalités professionnelles, à commencer par un vrai nom de domaine. Il n'y a pas de petites économies...

Le parc de magasins Koodza comprend actuellement 15 unités en France. Son déploiement devrait s'accélerer, en particulier dans les zones où il n'existe pas de Décathlon. La surface de vente, inférieure à 1 000 m², ne nécessite pas d'autorisations administrative. L'enseigne est également en Belgique (3 points de vente ouverts) et en Espagne (1 magasin).

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 07:01


Comme chaque année, le blog Mulliez publie la consolidation des chiffres d'affaires des différentes sociétés de l'empire des Mulliez. Une compilation qui donne la mesure de l'importance des activités du premier acteur non coté de l'économie française. En 2008, le total des ventes enregistrées par les entreprises composant la galaxie Mulliez a progressé de 10 % à 66,5 milliards d'euros. Ce chiffre inclut les ventes des enseignes contrôlées par l'AFM (Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, etc.) ou en direct par des membres de la famille (Norauto, Cultura, Picwic, etc.) ainsi que l'intégration proportionnelle des participations minoritaires au capital des groupes 3 Suisses  (à 44 %) et Sonepar (17 %).
Concernant ce groupe, numéro mondial de la distribution de matériel électrique avec 12,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, il est devenu l'an passé le 4e contributeur de l'empire Mulliez.
Les trois premiers groupes restent Auchan (39,50 Mds€, + 7,5 % / 1 an), Adeo (10,20 Mds€, + 13 %) et Oxylane (4,97 Mds€, + 11 %).
Au global, non compris les effectifs des 3 Suisses et de Sonepar, les entreprises du clan Mulliez emploient 360 000 collaborateurs.
En photo : Thierry Mulliez, le président du conseil de gérance de l'AFM dont le troisième mandat vient à échéance en mai prochain.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 06:04


Les 28 000 collaborateurs d'AuchanSuper, la branche supermarchés d'Auchan, ont depuis le 2 novembre un nouveau patron, en l'occurrence Vianney Mulliez. A la faveur du départ en retraite de Benoist Cirotteau, qui présidait AuchanSuper depuis une dizaine d'années, le
président du conseil de suveillance du groupe manifeste sa volonté de reprendre lui-même en main les destinées de cette filiale. Son périmètre inclut 743 points de vente intégrés répartis en France, Italie, Espagne, Pologne et Russie, qui représentent 18 % du chiffre d'affaires du groupe.
Alors qu'il reste sur l'Hexagone encore une vingtaine d'Atac à basculer en Simply Market et que le groupe a injecté au global un demi-milliard d'euros dans ce changement d'enseigne, la direction est confrontée à de sérieuses difficultés, avec notamment un cash qui serait en repli de 40 % sur les neuf premiers mois de 2009. L'une des raisons tient au coût du repositionnement tarifaire des magasins, bien mieux placés en prix sous l'enseigne Simply qu'ils ne l'étaient du temps d'Atac. Il semble néanmoins que la trop grande sobriété du concept Simply en termes de promotions et d'animations commerciales n'ait pas permis de tirer pleinement parti de cet effort au plan de la fréquentation. En France, les mois à venir vont se traduire par un certain nombre d'ajustements qui auront notamment pour objectif de "remettre le commerce au centre". Cette nouvelle stratégie, impulsée par Vianney Mulliez, se fera sans Denis Simon, le directeur général de la filiale française, qui vient de se voir signifier sa mutation ... en Pologne. C'est dorénavant Philippe Saudo, président d'AuchanSuper en France (à droite sur cette photo où il est accompagné de Benoist Cirotteau - photo Jacques Bertin, Linéaires) qui pilotera la direction générale. Au chapitre des départs, à signaler également, dans la région Nord, celui de Franck Rouquet. Son remplaçant est André Pollet, un fidèle serviteur de l'empire Mulliez, notamment passé par Auchan (DM à Faches-Thumesnil puis DO Nord-Ouest) et qui était jusqu'à ce printemps DG de MacoPharma, l'entreprise de Gérard et Patrick Mulliez spécialiste des poches pour transfusions.

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 07:03
Le ver est dans le fruit. Un dangereux militant alternatif, en butte contre cette société de consommation qui a fait la fortune des Mulliez, est en train de faire son nid au sein même du clan nordiste. Son nom : Ludovic Duprez (photo ci-dessus), co-fondateur avec Martin Toulemonde du très subversif concept Chronodrive. Créée en 2004, l'enseigne (filiale d'Auchan) connaît un développement fulgurant avec déjà une quinzaine de sites en France et un nouveau doublement du parc prévu sur 2010. Le principe : les clients commandent en ligne sur Internet et passent prendre les marchandises au point d'enlèvement sans même avoir à sortir de la voiture. La publicité de Chronodrive le revendique : c'est ni plus ni moins "la révolution des courses". Une manière imparable d'en finir enfin avec ce marketing de la séduction qui vide autant le porte-monnaie qu'il allège les moeurs et pollue la planète. Adieu courses-plaisir, samedi passés à déambuler au milieu d'allées regorgeant de produits tous aussi tentants les uns que les autres ; finis les emballages attirants, les soit-disant bonnes affaires, ces multiples articles que l'on n'avait pas prévu acheter mais que l'on glisse tout de même dans le chariot ; terminés les enfants qui piaffent devant les confiseries placées en devants de caisse. Cette fois, c'est décidé : vous n'achèterez plus que ce dont vous avez besoin. La liste de courses. Point barre. Comme Alain Souchon et La Grande Sophie, Gérard Mulliez avait raison : le bonheur, ce n'est pas de consommer sans cesse davantage.

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 08:32


Business Week est un hedbomadaire américain qui fait référence dans le monde de l'économie. Et que dit BW cette semaine : qu'Auchan est devenu un sérieux rival pour Wal-Mart, le géant mondial de la grande distribution. En dépit de l'écart de taille entre les deux groupes
(400 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel d'un côté, 60 de l'autre ; l'un est le n°1 mondial , l'autre le n°14), l'article explique que du fait de ses implantations et projets internationaux, Auchan bénéficie dans son jeu de cartes que ses concurrents n'ont pas. Exemple : il est le premier exploitant occidental d'hypermarchés en Russie, un pays où ni Wal-Mart ni Tesco ne sont présents et d'où Carrefour vient de se retirer. Plus à l'est, en Chine, BW insiste sur la supériorité du concept marchand développé par Auchan, mieux positionné que ses rivaux pour répondre aux attentes des consommateurs locaux. L'article évoque par ailleurs la fusion  prochaine des activités chinoises d'Auchan et de son partenaire RT Mart (filiale du taïwanais Ruentex) au sein d'une nouvelle entité dont une partie du capital serait introduite en 2010 à la Bourse de Hong-Kong.
En interne, chez Auchan, on aimerait que les experts chargés d'apprécier l'évolution de la valeur de l'entreprise en avril prochain, lisent cet article. Car pour l'heure, s'agissant des placements Valauchan, c'est plutôt le pessimisme qui prévaut, à en juger par les récentes vagues de déblocage.

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 07:22
Exclusif - Auchan convertit au discount généralisé son hyper le moins performant dans chaque pays et les regroupe dans une filiale dédiée.
Le groupe Auchan n'a pas son pareil pour mettre au point de nouveaux formats, tester de nouvelles enseignes, imaginer de nouveaux modèles économiques. La liste des concepts développés par
le groupe ces dernières années (Les Halles, Simply Market, Chronodrive, Easy Marché, Fredi, etc.) est en train de s'allonger, en l'occurrence d'une formule inédite d'hypermarché discount, partiellement inspirée des modules Self-Discount (photo ci-contre, Lafange Prod). Deux ont été annoncés en Russie sous l'enseigne Radouga et un premier ouvrira en France cet hiver, à Mulhouse-Boutzwiller, à la place d'un Auchan en perte de vitesse depuis cinq ans. Les Dernières Nouvelles d'Alsace avaient publié cet été quelques informations concernant ce magasin. Il sera 100 % libre-service et fera la part belle au prêt-à-vendre : les colis reçus des fournisseurs seront directement mis en place en rayon ; l'intégralité du stock sera en surface de vente. On devine en filigrane les économies de personnel qui peuvent en résulter. On imagine aussi l'austérité du lieu, s'agissant d'un hyper de 9 000 m².
Mais par delà le concept marchand en cours de validation, l'aspect juridique et social vaut également d'être suivi. Et là, on réalise que les projets du groupe nordiste sont beaucoup plus globaux qu'il n'y paraît. Dans le cadre d'un plan à l'échelle mondiale, Auchan a en effet demandé à chacune de ses filiales dans la douzaine de pays où il est présent, de "sortir" un magasin, en l'occurence le moins bon, de son réseau et de le céder à une entité dédiée. C'est ainsi que Somarvrac, piloté par Marc du Colombier (Ex-Auchan Pologne et Russie) a vocation à réunir les magasins concernés, convertis pour l'occasion au discount généralisé.
Il s'agit d'une part de donner à ces hypermarchés une chance de renouer avec la croissance tout en faisant profiter le groupe des expériences qui y seront faites. Il pourrait également s'agir, pour ces points de vente déficitaires, de basculer les effectifs concernés vers une convention collective d'un niveau inférieur à celle en vigueur dans le reste du réseau.

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 12:51

Version complétée Comme ses cousines Pimkie et Xanaka, l'enseigne Orsay entre à son tour dans une zone de turbulences. Témoin : le départ prévu de son directeur général, Jean-Marc Willer (photo ci-contre, prise lors d'une présentation de collection), poussé vers la sortie par Richard Maurice, l'homme nommé par la famille Mulliez pour restructurer ses enseignes de prêt
-à-porter féminin. (16.00 - Richard Maurice dément cette information qu'il juge "erronée et qui n'est étayée par aucun élément de preuve")
Fondée en même temps que Pim
kie, dont elle était au départ l'équivalent en Allemagne, Orsay est dirigée depuis 19 ans par Jean-Marc Willer. Il avait lui-même succédé à Georges Dzuidzia, qui fut ensuite le patron de Pimkie de nombreuses années.
Historiquement présente dans les pays germanophones (Allemagne, Suisse et Autriche) où elle réalise encore 60 % de ses ventes, Orsay (photo Textilwirtshaft) s'est développée en Europe du centre et de l'est avec à la fois des réseaux en propre (Hongrie, Pologne, Tchéquie, Roumanie, Slovaquie) et en franchise (Lettonie,
Lituanie, Ukraine, Russie, Serbie, Croatie, Bosnie, Bulgarie, Turquie, etc.).
L'enseigne compte au global 450 magasins qui réalisent 350 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 14:08


Alors qu'à ce jour, seulement 20 magasins Grain de Malice sont ouverts (voir la liste des villes en bas de page), dans les mois qui viennent, le réseau devrait être porté à plusieurs centaines de points de vente. Cette soudaine expansion est la double conséquence, d'une part de la validation, par Phildar, de ce nouveau concept de magasin, d'autre part de la décision d'arrêter l'enseigne Xanaka et de reconvertir ses boutiques.
Conçue initialement comme la collection de prêt-à-porter proposée dans les magasins Phildar, Grain de Malice était en test depuis 18 mois dans des boutiques à sa marque. Et il s'est avéré que les performances de la collection - globalement satisfaisantes -  étaient encore meilleures dans ces quelques points de vente dédiés que dans le reste du réseau, où elle cohabitait avec le fil à tricoter. D'où cette décision, radicale, d'abandonner le concept d'offre mixte qui prévalait jusque-là chez Phildar. Les magasins qui garderont l'enseigne ne feront plus que des pelotes tandis que ceux qui basculeront vers Grain de Malice seront exclusivement consacrés à l'habillement. En l'occurrence celui des femmes de 40 ans.
Ce n'est pas la première fois que Phildar donne naissance à des concepts d'enseigne distincts de l'univers du tricot.
Dans les années 90, il y avait eu Paul et Lola, centré sur la layette, ainsi qu'Aquarelle, destiné - déjà - aux "femmes actives de 30 à 55 ans" (photo ci-contre). Deux tentatives qui n'eurent pas le succès de la troisième : Cannelle. Forte d'un parc de 130 boutiques (dont 60 franchisés et 70 succursales), cette enseigne est aujourd'hui n°2 en France sur le marché de la lingerie. Depuis peu, Cannelle a même pris son autonomie par rapport à Phildar et dispose de son propre conseil de surveillance, présidé par Richard Maurice, nommé en début d'année.
Phildar, de son côté, a changé de président l'an passé : Marc Mulliez, dorénavant à la tête du conseil des sages de l'AFM, a laissé son poste à Marc Jacquet, un non-familial travaillant au family office. Quant à la direction de l'entreprise, voici la présentation qui en était faite en 2008 par Le Point. Elle n'a pas changé depuis.

Liste des magasins Grain de Malice ouverts au 15 octobre :
Longuenesse - Aix en Provence – Chasseneuil du Poitou – Noyelles Godault – Le Mans – Rouen – Tours – Mondeville – Valence – Brétigny s/Orge – Berck s/Mer – Tarbes – Sélestat – Valenciennes – Grenoble – Semecourt – Aurillac – Roques s/ Garonne – Vaux en Velin – Vineuil.

Partager cet article

Repost0

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.