Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 14:53


Après l'annonce, au printemps, de la reprise d'une petite centaine de magasins Vêti en franchise, c'est sur une quinzaine de Leclerc Vêtements que Kiabi pourrait prochainement jeter son dévolu. Le groupement d'indépendants présidé par Michel-Edouard Leclerc a en effet annoncé à ses adhérents exploitant des Leclerc Vêtements ou des L Jeans son intention de mettre prochainement fin à leurs contrats d'enseignes. C'est semble-t-il un litige suite à un refus de reprise de dettes (400 000 euros au total) qui a provoqué cette décision.
Fort de l'expérience du dossier concrétisé avec le groupement Intermarché, Kiabi se retrouve évidemment en position favorable pour également accueillir dans son réseau les ex-Leclerc. A plusieurs reprises, Jean-Christophe Garbino (photo ci-contre), le patron de Kiabi, a indiqué que la franchise était pour son groupe un moyen de déployer son enseigne sur des formats plus petits que ceux de ses magasins succursalistes.
C'est l'adhérent exploitant les Leclerc Vêtements de Clermont-Ferrand qui pilote le changement d'enseigne. Une transition délicate à mettre en oeuvre, d'une part à cause de la baisse des ventes enregistrée dans les points de vente concernés (de l'ordre de 10 %) et, d'autre part, de la fragilité des bilans de certains des magasins Leclerc Vêtements. Au passage, ce retrait de Leclerc illustre bien les difficultés notoires du mouvement à imposer son enseigne sur des surfaces spécialisées en dehors de ses hypermarchés. Hormis les Espaces Culturels (160 magasins), la plupart des autres enseignes (centres auto, jardineries, magasins de bricolage, d'articles de sport, et de vêtements donc) ne sont jamais parvenues à vraiment s'imposer.
---------------- précision, au 15 janvier -----------
J'ai répondu ci-dessous, dans les commentaires, à Walter Paviolo, adhérent auvergnat, qui tenait à prendre ses distances vis à vis du rôle que mon article lui attribue, même s'il reconnaît "jouer un rôle important dans la sortie du mouvement ".
Par ailleurs, et alors que certains adhérents Leclerc démentent, à titre individuel, un rapprochement avec Kiabi (j'avais seulement écrit que Leclerc les poussait dans les bras de Kiabi, rien de plus), je maintiens l'information : Leclerc contraint ses adhérents exploitant l'enseigne en prêt-à-porter à décrocher le pannonceau. Ils doivent le faire d'ici 2012, ce qui leur laisse effectivement un peu de temps pour faire monter les enchères. "Et ça ne peut-être que Kiabi ou Défi-Mode, pas Zara, ni H&M ", comme l'indique Walter Paviolo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gobin - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

Bertrand Gobin 15/01/2010 21:59


@Walter Paviolo
Bon, on ne va pas non plus y passer la semaine. De fait, une sortie "en bonne intelligence" du mouvement vous oblige à afficher quelques réserves... Et je ne vous en veux pas de me faire passer
pour affabulateur, puisque vous semblez tant y tenir.


Paviolo Walter 15/01/2010 19:05


Monsieur Gobin Bertrand, Je confirme mes précédants propos sur votre article,à savoir que vous etes vraiment en plein délire d'affabulation,et que le supposé rapprochement... "LECLERC/KIABI"...
n'est à ce jour qu'une pure fiction de votre part,car ce n'est absolument pas à l'ordre du jour.Par contre et en plus dans votre article,vous insinuez des choses totalement érronées et
diffamatoires sur le groupe E.LECLERC,et ces propos sont donc de votre entière et seule responsabilité. Water Paviolo,l'adhérent L.JEANS de Clermont Ferrand.


Jibi 15/01/2010 16:11


Comme quoi la diffamation n'est pas exclusivement le fait des journalistes...


Bertrand Gobin 15/01/2010 15:18


Je réponds au commentaire déposé par Walter Paviolo, adhérent Leclerc à Clermont-Ferrand et que je présente dans mon article comme le coordinateur du changement d'enseigne. Mr Walter, au travers de
sa société Sodiftex, qui exploite le plus grand (1 300 m², 3,5 mio€ de CA)des L Vêtements de France bénéficie d'une indéniable capacité d'entrainement auprès des autres adhérents. Pour autant, en
dépit de son autorité morale, de son influence et de sa capacité à peser sur les négociations en cours, c'est un autre adhérent, par ailleurs de ses amis, Pierre Desvages, du magasin d'Angoulème,
qui pilote la fin des contrats avec l'ACDLec (structure coopérative des magasins Leclerc). Y avait-il là matière à me traiter de grand affabulateur ;-)


dissertation 15/01/2010 13:49


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


Paviolo Walter 14/01/2010 12:20


Monsieur Gobin Bertrand, Vous etes un grand affabulateur. Vous me citez à tort dans votre article de pure fiction sur" Leclerc/Kiabi..." sans aucun fondement réel et sérieux. Merci de me justifier
vos dires. Adhérent L.Jeans à Clermont-Ferrand.


La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.