Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 10:51

 

 

mes-images-3-0629.JPGExclusif - Trois mois après son ouverture, le magasin Auchan City de Tourcoing est contraint de revoir ses objectifs à la baisse. Il visait de 36 à 38 millions d'euros de chiffre d'affaires à 3 ans. Il table désormais sur 30 millions. Alors que les projections 12 mois calculées sur la base du premier trimestre ne dépassent pas 15 millions d'euros, la direction espère néanmoins que la fin d'année lui permettra de s'approcher du seuil des 20 millions en année pleine.

Avec seulement une dizaine d'articles, le panier moyen s'établit à 19 euros, soit 5 de moins que l'objectif. Peu de clients viennent en voiture. Les caisses accueillent davantage de paniers que de chariots.

Pourtant, comment espérer faire venir des clients de plus loin alors que les enseignes elles-même rechignent à s'implanter dans ce centre. Le promoteur Altaréa a eu beau offrir un an de loyer gratuit, il reste encore des cellules vides dans le centre commercial Saint-Christophe, une galerie au circuit compliqué avec trois entrées et un escalator masquant partiellement certaines vitrines.

Souhaitant se donner le temps et les moyens de tester à Tourcoing un concept de centre-ville, Auchan n'envisage pas pour l'instant de modifier sa copie. A quelques jours du 50e anniversaire du groupe, la direction n'oublie pas que dans les années 60, Gérard Mulliez a mis six ans avant que son premier magasin de Roubaix-Motte ne gagne de l'argent.

 

------------ En bref ------------------

 

La presse turque évoque ce matin le projet d'ouverture d'un premier magasin Auchan en Turquie. Un pays où sont déjà implantés Leroy-Merlin et Décathlon.

Partager cet article

Published by Le Blog Mulliez - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

nicolas bavrez 05/07/2011 20:52


WAAOH Batman !!!
t'es comptable chez Moody's ?


BATMAN. 04/07/2011 17:43


Arrête ton tire post n°7 avec la marge moins frais à 1 ou 2%.T'as juste oublié de dire que vous margez 2 fois.Une fois dans le magasin auprés de votre clientéle chérie et n'oubliez surtout pas de
dire que vous margez aussi une seconde fois à travers la centrale d'achat.Et même indirectement vous margez une 3éme fois en payant vos fournisseurs à 45 jours voir plus ce qui augmente votre cash
flow et forcément ce dernier travaillant pécuniérement pour vous et bien sur au détriment comme si bien dit plus haut de ceux qui produisent la richesse et la matiére premiére,à savoir les
maraîchers,cultivateurs,producteurs,éleveurs,etc... que vous vous évertuer à asphyxier en les privant eux du cash flow qu'ils ont tant besoin,alors que ces derniers eux à la grande différence de la
GD peuvent se targuer de ne pas disposer des réductions de charges dont vous vous goinfrer sans pour celà créer un seul emploi le tout en sous payant votre personnel ou plutôt vos larbins.Attention
aux lendemains qui déchantent.BATMAN.


rasleboldescaricatures 03/07/2011 10:36


Premièrement,la GD n'a pas à avoir honte des ses marges. Quand elle réalise entre 1 et 2% de bénéfice net, les industriels pour la plupart sont au delà des 10%. Un seul exemple, Unilever et Auchan,
même CA à + de 40 milliards d'€, résultat net Auchan 742 millions, Unilever 4.1 milliard... Les chiffres,c'est bien connu on leur fait dire ce que l'on veut et plutôt que de légitimer vos
interprétations hasardeuses par un rapport soi disant officiel pour jeter en pâture le travail de toute une profession qui ne vous déplaise, crèe elle aussi de la richesse, de la croissance et des
emplois pour les français, on essaie de faire la différence entre une marge brute et une marge nette.
Deuxièmement, je ne savais pas que permettre au peuple chinois d'accéder à des biens de consommations et à l'actionnariat salarié c'était s'accommoder du communisme ou faire allégeance au PCC. Le
communisme c'est effectivement ce que vous proposez, la mise sous tutelle de l'économie par la spoliation des biens de production et du capital.


Ludo 30/06/2011 18:36


En réponse à gégé post n°4.Ca fait du mal la vérité n'est t'il pas ? Le post de Ramos qui reprends les conclusions d'un rapport on ne peu plus officiel et explicite vous exaspére.Pourtant c'est la
sricte vérité Gégé.Sous le couvert de vendre moins cher à vos clients (ce qui est un doux et un absolu euphémisme)vous ruinez nos producteurs,nos éleveurs,nos cultivateurs et nos maraichers en
imposant vos marges honteuses et en marginalisant celles de ceux qui produisent la richesse.Vous êtes en position d'imposer à tous les composants à savoir ceux nommés ci dessus et aussi à la
clientéle ce que bon vous semble en terme de prix.La preuve en est de votre lobbying permanent auprés des parlementaires afin que les décrets restent lettres mortes et que vous puissiez continuer
vos funestes desseins.A savoir vous gaver en faisant croire que seul l'intéret des clients prévaut.Le retour de manivelle risque d'être absolument terrible.CQFD.


Ramos 30/06/2011 17:13


Les chiffres publiés, proviennent d'un rapport rédigé par le professeur Chalmin, qui d'après mes faibles connaissances n'est pas un dangereux extrémiste de gauche.La violence et le mèpris des
réactions me rassurent. Je ne savais pas que proposer le développement de structures coopératives locales pouvait conduire, notre pays vers un régime communiste.Je constate, par ailleurs que mes
contradicteurs s'accommodent fort de la dictature de parti communiste chinois, pour imposer la baisse des coûts de production en France et qu'ils révent d'un salariat tel que celui qui est dominé
par les mandarins du PCC.
Ces reactions soulignent le bien fondé de mes propositions.


gege 30/06/2011 09:39


J'admire les discours de gens qui ne connaissent pas leur sujet.
Pour info à Ramos, le paiement à 90 jours est désormais interdit par la loi LME. D'autre part, les marges nettes de la grande distribution sont en baisse constantes depuis plusieurs année à cause
des hausses du prix des matières premières et une concurrence terrible sur les prix qui empêche une complète répercution.
une référence de cerise est vendue 5 fois plus cher qu'acheté ce n'est pas admissible, mais pour quelques kilos de cerises à prix prohibitifs, combien de miliers de salades achetées au producteur
local sont vendues à une marge proche de zero ?

Nous pouvons bien sur revenir au commerce coopératif mais si je ne me trompe pas, les dernières Coop ont fermées il y a quelques années faute de succès car leur prix étaint plus élevés que la
grande distibution. Alors qui faisaient le plus de marge ?
Les groupe de distribution réalise moins de 1 % de résultat net. Tous les grands industriels de l'agro alimentaire et de la grande consommation font des profits bien supérieur (Lactalis, Procter et
Gamble, Candia soodial, Danone, Coca-Cola ...)

Arrêtons la démagogie, ne vous fiez pas à un rapport purement politique et populiste en période pré-électoral.


CHRISTIAN 29/06/2011 23:11


Tout est faux bien sur. D'ou détenez vous vos informaions Mr Gobin ? C'set affligent. Donez vos sources svp. Un vrai journaliste contrôle toujours ses informations à l'intar de France 2.


Le Blog Mulliez 30/06/2011 09:42



désolé cher Christian, mais les infos ont bien été vérifiées.


Bertrand



Rasleboldescaricatures 29/06/2011 21:38


t'as qu'à demander aux millions de chinois ou de russes ce qu'ils pensent du Minotaure que tu décris ! et par la même occasion, tu leurs parleras aussi de ton projet d'appropriation communiste de
l'économie...
Une dernière remarque : prends des cours d'initiation à l'économie et aux calculs de marges, après tu pourras causer.
JA


Ramos 29/06/2011 10:30


Un rapport de plus souligne la nocivité économique et sociale dont est porteuse la grande distribution. Depuis de longs mois Folio souligne les dangers réels qu’engendre ce secteur financier
vis-à-vis du contrat social républicain.

Le rapport publié aujourd’hui montre que la position dominante des grandes centrales d’achat, de la grande distribution, impose ses conditions à l’ensemble du secteur productif, qu’il soit agricole
ou industriel. La baisse des prix à la production, n’est jamais répercutée sur les prix à la consommation.

En dix ans la part du prix final allant aux producteurs est passée de 45% en 2000 à 36% en 2010. Dans le même temps, la part dévolue à la grande distribution est passée de 39% à 55%.

Actuellement le prix d’un kilo de cerises est facturé cinq fois plus cher aux consommateurs qu’elle n’a été payée aux producteurs.

La place prise par la grande distribution, au cœur du système économique et social, est l’outil le plus déstabilisateur du vivre ensemble. Pour s’assurer des marges, de plus en plus importantes,
elle organise la baisse des prix de production ce qui entraîne une baisse des salaires, pour obtenir cela elle se fournit de plus en plus dans les pays à faible coût de main d’œuvre et accélère le
phénomène de délocalisation et amplifie la hausse du chômage.

Son mode de fonctionnement, en plus des niveaux de marges prohibitifs, assure ses résultats en utilisant l’argent des consommateurs pour spéculer sur les marchés financiers en payant les
producteurs à 90 jours.

Cette puissance financière, déstabilise le système productif agricole et industriel, tue la concurrence et les commerces de proximité, déséquilibre les territoires et l’outil de destruction du
contrat social, car non content d’étouffer les producteurs, la grand distribution est le début de l’espace du non droit pour l’ensemble de ses salariés.

Les élus de droite comme de gauche sont hypnotisés par ce miroir aux alouettes. Ils savent, en particulier, que ce système, à tendance totalitaire, loin de créer des emplois en détruit. Dans ce
cadre, il est intéressant de noter, par exemple, que le projet Europa City porté par le groupe Auchan, qui souhaite son implantation à la patte d’oie de Gonesse promet, à terme, la création de 8000
emplois précaires, sous rémunérés et dans le même temps le groupe PSA Peugeot Citroën prévoit la fermeture de 3600 emplois industriels à Aulnay sous bois. Il faut bien être naïf de ne pas voir une
corrélation entre ces deux annoncent, surtout lorsque l’on connaît la nature du projet Europa City, 3600 ouvriers aussi près, voilà qui est dangereux et donc inacceptable pour la finance
mondialisée.

Depuis de longs mois, ici, nous soulignons la dangerosité sociale, économique commerciale du développement de la grande distribution, nous sommes persuadés qu’ici, au Blanc-Mesnil l’espace
commercial Plein Air aura globalement des retombées négatives, pour l’ensemble des commerces de proximités et une fois la concurrence disparue les Blanc-Mesnilois seront contraints, par la grand
distribution. Le pouvoir d’achat déjà en berne, sera encore plus sacrifié et le solde d’emploi sera négatif une fois la majorité des petits commerces et des moyennes surfaces détruits.

Depuis de longs mois nous affirmons qu’il faut totalement inverser la donne. Aujourd’hui, cela devient de plus en plus urgent, les salariés et les consommateurs (ce sont les mêmes) doivent se
réapproprier l’ensemble de la chaîne, de la production à la distribution, en mettant au cœur des priorités la qualité des produits, des services, l’emploi et la proximité.

Pour cela, nous devons produire des nouvelles formes de production et de distribution coopératives. Dans cette dynamique les villes, et plus particulièrement les villes de gauche, se doivent d’être
imaginatives et militantes pour construire une autre voie.

Nous sommes à la fin d’un cycle politique. Nous sentons confusément les mouvements de transformation qui traversent, de manière horizontale, la société. Parmi eux, des leurres bien sur, mais nous
percevons de nouvelles formes de réflexions et d’actions. Elles sont l’expression d’une prise de conscience de ce nouveau rapport de classe qui exige de nous, d’abandonner les schémas traditionnels
des mobilisations, pour en inventer de nouveaux.

Nous essayons, avec Folio, d’y apporter notre contribution. Dans ce cadre, nous avons une vision précise du combat que nous devons entreprendre, il faut en finir avec la grande distribution, cet
outil exclusivement formaté, pour alimenter en cash la machine à spéculer, pour réduire les libertés, pour accroître les inégalités.


La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 500 000 salariés et de ses 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.