Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 05:39



Dans quelques semaines, le 1er juillet précisément, le taux de TVA dans la restauration va tomber de 19,5 % à 5,5 %. Un abaissement qui était réclamé à cor et à cri depuis des années par les professionnels. Alors que le secteur subit de plein fouet la crise économique, les clients peuvent-ils s'attendre à voir baisser significativement le montant des additions ? Quel va être l'impact de ce changement au sein des enseignes d'Agapes, n°2 de la restauration commerciale en France derrière McDonald's ?
Agapes Restauration n'ayant de groupe que le nom, chacune de ses enseignes est libre d'appliquer comme elle l'entend les directives du "contrat d'avenir" négocié par la profession avec le gouvernement. De la même manière qu'il n'existe pas de synergies entre les différentes chaînes, il n'y a pas eu non plus de consignes globales données au sujet de la répercussion de la baisse de TVA. A priori, Les 3 Brasseurs devraient se contenter du minimum légal, à savoir sept produits en baisse. Tout comme Amarine, qui est en grande difficulté. A la faveur de ses menus "board" amovibles, Flunch devrait pour sa part jongler en fonction des évènements. Quant à Pizza Paï, qui a le vent en poupe, l'enseigne pourrait afficher 14 produits en baisse plutôt que sept. 
Globalement, l'impact sur l'addition sera très peu perceptible par le consommateur, de l'ordre de - 2 % sur la note. L'esprit de l'accord passé entre les restaurateurs et le gouvernement est de redistribuer le bonus de TVA en trois tiers : 1/3 pour le consommateur, 1/3 pour les salariés et 1/3 pour l'investissement. Le groupe Agapes Restauration ayant largement les moyens de son développement, ce dernier tiers deviendra donc du bénéfice et compensera partiellement la baisse de résultat attendue sur 2009 du fait de la crise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gobin - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

gb 14/09/2009 22:41

La restauration n'a pas joué le jeu, ni pour les prix, ni pour les salaires. Elle a encaissé le cadeau et c'est tout.
Dommage que Flunch soit resté au niveau des bistroquets; Parceque 3% d'un 30 heures semaine au SMIC, ca fait combien ?

rd 11/09/2009 23:02

Qui peut me dire en ces temps moroses,ces usines qui ferment,ces périodes de chômage jamais autant connues" surtout dans l'automobile",ces employeurs qui reprennent du pouvoir d'achat à leurs Salariés,QUI PEUT ME DIRE ÊTRE AUGMENTES ET NE PAS APPRÉCIER UNE HAUSSE DE 3% au 01/09.
Alors,S.V.P,allez_voir si toute la Restauration l'a répercuté comme tel !!!!

GD 07/09/2009 21:21

Epicerie encore: 3% réduits à 2 pour les cadres. Etrange marque de considération.

.. 28/08/2009 22:08

14 / 3 = 4,7...
Oui, mais 3% appliqués à la masse salariale ne font qu'un petit 1 du Chiffre d'Affaires...¨
Une baisse des prix se traduisant par une modeste baisse de 2 % du ticket moyen TTC, un effet d'aubaine sur les embauches...
Ou passent les 11 points restants ?
Cerise sur le gateau ou mesquinerie suprême: la TVA baisse au 1er juillet, les salaires montent au 1er septembre. Pas de petits profits au royaume des épiciers.

jb 28/06/2009 18:47

14.1 :3

4.7%

or nous en sommes à trois % d'augmentation à flunch

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.