Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 17:46


 

 


Pour les uns, c’est une révolution qui a bouleversé le quotidien des Français et modifié en profondeur leurs habitudes d’achat. Pour les autres, c’est une horreur absolue responsable de l’enlaidissement des entrées de ville et de la mort du petit commerce. 40 ans après son invention, le centre commercial suscite toujours autant de controverses. Fort d’un réseau de plus de 500 unités réparties sur l’Hexagone, il est néanmoins devenu un élément incontournable du paysage commercial. Une destination plébiscitée chaque semaine par des millions de chalands qui viennent en voiture y remplir leur coffre … et y vider leur portefeuille.

Ce 27 mars marque l’anniversaire du premier centre commercial ouvert en France. Sa genèse ne manque pas de piquant. Tout commence à Englos, en périphérie de Lille. Nous sommes en 1969. Gérard Mulliez, fils du fondateur de Phildar, ne croit guère à l’avenir du fil à tricoter qui a pourtant fait les belles heures de la famille. Son credo à lui : l’hypermarché. Deux ans plutôt, il en a ouvert un, à l’enseigne Auchan, près de Tourcoing, non loin de la frontière belge et le succès a été extraordinaire. D’où sa volonté de dupliquer le modèle. C’est sur un terrain en bordure de l’autoroute Lille-Dunkerque qu’il jette son dévolu. Il a besoin d’une dizaine d’hectares mais le propriétaire, un agriculteur, n’accepte de vendre qui si on lui reprend l’intégralité de sa ferme, une centaine d’hectares en l’occurrence. Conseil de famille chez les Mulliez. Les débats sont vifs au sein de l’association familiale, sollicitée pour  apporter les fonds. A quoi bon immobiliser une somme si importante pour des terrains supplémentaires dont on n’aura que faire. Face à ses cousins récalcitrants, Gérard Mulliez, convaincu du potentiel du site, reçoit le soutien de son père : « Le terrain, explique le patriarche (photo ci-dessous) pour emporter l’adhésion du clan, c’est la seule chose au monde qu’on ne fabrique pas ». Cette acquisition forcée, les Mulliez n’auront pas à la regretter. A côté de son hypermarché, pour utiliser les hectares inutilisés, Gérard Mulliez a l’idée d’installer différentes surfaces spécialisées. Au sein de la famille, plusieurs cousins ont ainsi la possibilité de créer leur propre enseigne. C’est par exemple à Englos que Flunch, Norauto, Kiabi ou Décathlon verront le jour. Chez les Mulliez, on appelle cela la « marche en escadre » ou comment profiter de l’attractivité de l’hyper, une fois les clients sur le parking, pour leur proposer toute une palette d’enseignes complémentaires. Au tournant des années 70, tout concourt à faire de la formule une réussite: la présence croissante de véhicules dans les foyers, la généralisation du travail des femmes qui les incite à regrouper leurs courses en fin de semaine, l’explosion de l’offre des marques et l’avènement du shopping de masse, etc.

Dans la foulée de l’énorme succès populaire rencontré à Englos (ci-contre l'article publié à l'époque dans La Voix du Nord), le concept de centre commercial ou de galerie (quand les boutiques sont sous le même toit que l’hyper) va très vite essaimer dans tout l’Hexagone. Et si les Mulliez sont aujourd’hui devenus la première fortune professionnelle du pays, c’est incontestablement grâce à ce pari fait par les deux Gérard, père et fils. A l’heure où chez Carrefour, Casino ou Accor, on ne parle que de cessions d’actifs  immobiliers (pour faire rentrer du cash), le clan nordiste, lui, reste fidèle à sa stratégie de pleine propriété des murs de ses magasins. C’est d’ailleurs l’un des fondamentaux de sa stratégie d’expansion. Aujourd’hui, quand ils prospectent des terrains à la périphérie des villes de Sibérie ou du Jiangsu, les cadres d’Immochan (la branche promotion immobilière du groupe Auchan) ne se portent jamais acquéreurs de surfaces inférieures à 30 hectares. Une manière de « sécuriser » suffisamment de terrains autour des futurs hypermarchés. Et de se constituer un solide patrimoine de père de famille, en mémoire des préceptes de l’Oncle Gérard.

40 ans après son ouverture, le centre commercial d’Englos est devenu une ville à part entière qui emploie 2 500 salariés et reçoit quotidiennement la visite de 30 000 clients, 50 000 en fin de semaine. Ce gigantesque temple de la consommation regroupe 90 enseignes auxquelles s’ajoutent les 70 boutiques de la galerie. L’an passé, malgré la supposée désaffection des clients pour les mastodontes de son genre, Auchan Englos est parvenu à grappiller encore 1 % de revenus supplémentaires, à 305 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, ce qui en fait le 3e hyper français. Contrairement au paysan qui lui avait vendu sa ferme en 1969, Gérard Mulliez, lui, à l’évidence, continue à faire son blé sur ses terres.
En partenariat avec Eco89   

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gobin - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

mouton 16/07/2009 22:53

C'est bien de faire un peu d'historique...On parle ici de centre commercial.
Rappelons que le premier supermarché ouvre le 15 juin 1963, sur 2500 m² mais c'est Carrefour...à Sainte Genevieve des Bois en Essonne.

dame chlodyne 04/04/2009 22:08

J'adore le centre commercial Saint Genis Laval. Il y a un décitre et un MacDonnald. Voyez ma culture !! Je suis hôtesse de caisse dans cet Auchan et je suis très heureuse.
Vous pouvez me retrouver sur mon blog : http://hotessedecaisse.unblog.fr
Ce blog est vraiment génial pour qui s'intéresse au Groupe Mulliez. Grand merci à Monsieur Gobin !

LECOMTE Jean-Claude 01/04/2009 17:46

Bonjour,
Natif de Roubaix (1940) jai assisté à la naissance du groupe Mulliez et j'ai été fournisseur des hypers Auchan dans les années 70/80. Merci de me faire revivre ces années si passionnantes qui ont vu de vrais entrepreneurs créer tant d'emplois en apportant des valeurs humaines si précieuses en ces temps actuels où tout semble devenu amoral.
Cordialement
J.C. LECOMTE

anti.grande.surfaces 26/03/2009 21:22

Le terrain, c’est la seule chose au monde qu’on ne fabrique pas .
Presque du Pétain dans le texte..."La terre elee ne ment pas"...

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.