Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 06:49


Dans la foulée des propos télévisés de Nicolas Sarkozy le 5 février visant à encourager les entreprises à reverser 1/3 de leurs profits aux salariés, Auchan a été cité en exemple par plusieurs médias. Notamment le 20 heures de France 2 du mercredi 18 février. A l'antenne, une hôtesse de caisse a ainsi expliqué gagner 15 mois et demi de salaire par an grâce à l'intéressement et à la participation.
A l'écran également, une infographie montrant que chez Auchan 41 % des profits reviennent aux salariés, un chiffre effectivement au-delà de la règle évoquée par le chef de l'Etat. L'enseigne-phare des Mulliez est incontestablement pionnière en la matière et se classe parmi les sociétés françaises redistribuant le plus à ses collaborateurs. Quelques précisions méritent tout de même d'être apportées :
- le chiffre communiqué aux journalistes est celui de l'exercice 2006. En 2007, sur les mêmes bases, la part des profits reversés aux salariés était de 36 %. Pour l'exercice 2008, il faut encore attendre quelques semaines avant de connaître le ratio.
- surtout, la présentation en "parts de gâteau" et la méthode de calcul pour aboutir à ce chiffre de 41 % manquent de rigueur. Oui, les 306 millions redistribués aux collaborateurs en 2006 représentent l'équivalent de 41 % des 754 millions d'euros du résultat net. Mais ils n'en sont pourtant en rien issus, puisque préalablement déduits. Pour être exact, le calcul aurait dû être 306 / (306 + 754) = 28,9 %. Un taux tout à fait honorable, mais éloigné des 41 % mis en avant.

Partager cet article

Published by Bertrand Gobin - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

emmanuel 26/02/2009 19:53

Bon. Et bien au moins mes ratiocinnations grotesuqes auront permis de lancer un peu le débat... Je n'aurais qu'une chose à rajouter, tant que la défifinition exacte de ce qu'est le résultat net d'une entreprise ou d'un groupe ne sera pas assimilable par le grand public, les-dits groupes s'exposent à ce genre de commentaires et ce niveau de suspicion, malgrè toute la transparence qu'actionnaires et conseil d'admin voudront bien mettre en avant, et même dans le cas d'une immaculée honnêteté, comment voulez-vous que le public puissent avoir confiance en des "chiffres". Alors, oui, Mr Jean Morris, mes ratios sont pure extrapolation, ce que je n'ai d'ailleurs pas manqué de préciser dans mon commentaire, et leur présence n'est que provocation. Mais relisez bien vos discours, nous commentons un site d'information ( c'est plutôt une aubaine pour un groupe qui souhaite être transparent) et vous qui donnez l'impression d'en avoir plus que d'autres ne donnez aux débateurs que l'envie de quelques private-jokes qui floutent le débat! Quant aux milliards des fonds de placement , nous serions curieux de savoir quelle part de l'entreprise possède par exemple un employé en CTP 15h, dont l'intéressement et la particpation ne s'élèvent certainement pas à plus de 300€ par an. Donc si l'on joue encore avec les chiffres et avec tout le respect que je vous doit certainement pour ne pas avoir le plaisir de vous connaître : 23000€ , ça le fait bosser 76 ans au service de l'entreprise pour être considéré comme "collaborateur au capital moyen"!

jean mô 25/02/2009 22:27

A Cricri spécialiste du rapport annuel. As tu slt essayé l'équation que je suggérais? la participation et l'interessement concernent le périmètre France! la ristourne itou.

Christian 25/02/2009 15:00

au Commentateur précédent : Vous confondez les résultats France et les résultats Groupe, qui sont les seuls faisant l'objet d'une publication . D'ailleurs l'actionnaire prélève un dividende global sur le résultat groupe, pas sur le résultat France.
En 2006, la ligne "participation et intéressement" du rapport annuel se montait bien à 306 M. En 2007, c'était 274 M€. D'une année sur l'autre, le résultat net est passé de 747 à 962. Les détails sont dans le rapport annuel, en page 7.

jean morris desbrouzils 25/02/2009 12:54

msieu Gobin, il me semble que vous n'avez rien pigé... Et pourquoi pas les chiffres 2005 pendant qu'on y est ? Arnaud parlait de l'interessement +participation+ristournes sur achats le tout sur le résultat France ce qui fait bien le compte !! seriez vous devenu vous aussi (comme malheureusement la plupart des journalistes français) un ignare éco et financier?? je ne le peux pas le croire! Alors que signifie cette mauvaise polémique? Vous auriez été mieux inspiré d'évoquer l'actionnariat et les 14mds d'€ DU fcp qui ont pris +6.25% en 2008. Avec un capital moyen de 23000€ par collaborateur. Cà fait un peu plus que le 1/4 du 1/3è comme dirait l'autre (l'Emmanuel) et ses ratiocinations grotesques !

celia 24/02/2009 11:03

qqQuelqu'un sait-il quand sera annoncé le nouveau taux valauchaan?

emmanuel 23/02/2009 22:42

Donc le résultat net d'Auchan en 2006 s'élève bien à plus d'un milliard d'€... et la part de répartition des profits revenant au salarié est inférieure au 1/3 préconisé par le chef de l'Etat même si elle s'en approche beaucoup. Le doute subsiste tout de même pour les années suivantes semble-t-il. De plus, nous parlons de chiffres communiqués au grand public...
Pour info, un calcul qui permet d'imaginer quelle serait la part réelle du résultat net reversé aux salariés en 2007 d'après ces chiffres :
Part communiquée en 2006 = 41%
Part réelle en 2006 = 28.9%
Ratio Part Réelle/ Part communiquée = 28.9/41 = 0.705
Part communiqué en 2007 = 36%
Part réelle extrapolée en 2007 = Part réelle 2007 x Ratio Part Réelle/ Communiquée (si pas de variation de ratio ) ==>
Part réelle du résultat reversée au salariés d'Auchan en 2007 "extrapolée" = 36 x 0.705 = 25.4%

On est plus près d'un quart que d'un tiers...

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 500 000 salariés et de ses 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.