Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 20:08



En avril dernier, au moment de la publication des résultats annuels du groupe Auchan, Christophe Dubrulle, le président du directoire, avait annoncé plus de 50 ouvertures d’hypermarchés sur 2008. L’objectif était ambitieux et l’on pouvait d’autant plus s’interroger sur la capacité du groupe à l’atteindre que par le passé, à plusieurs reprises, les caps fixés n’avaient pas été tenus dans les délais. A l’heure du bilan, force est cette fois de constater qu’avec 55 nouveaux hypers créés (dont 26 en Chine et 15 en Russie) au cours des douze mois écoulés, Auchan est en ligne avec son plan de marche et c’est donc fort d’un parc de 468 hypers (ce format de magasins génère à lui seul 79 %du chiffre d’affaires du groupe) que le géant nordiste démarre l’exercice 2009.

 

A plus long terme, c’est cependant un objectif d’une toute autre dimension que Vianney Mulliez (photo ci-contre), le président du conseil de surveillance, a assigné à l’entreprise. Son programme Vision a notamment en ligne de mire à l’horizon 2015 deux buts principaux : un parc de 900 hypers et un chiffre d’affaires de 100 milliards d’euros, soit environ 2,5 fois le chiffre d’affaires de 2008. Autrement dit, ce ne sont pas moins de … 60 milliards de CA additionnel que le groupe va devoir créer en sept ans. A l’évidence, la croissance organique n’y suffira pas. Même en tablant sur des hausses annuelles de 10 % (ce qui est déjà bien au-dessus des 5,9 % réalisés en moyenne au cours des cinq derniers exercices), il manquerait encore 22 milliards d’euros à l’appel. S’il veut tenir son engagement, le successeur de Gérard Mulliez, va donc devoir recourir à la croissance externe.

La prise de participation ou la montée au capital des entreprises travaillant déjà avec le groupe est évidemment une piste de développement. C’est ainsi qu’Auchan a annoncé le 19 janvier avoir acquis, en Roumanie, l’intégralité des titres de son partenaire MGV Distri-Hiper, qui devient donc filiale à 100 % du groupe. La liste des affiliés / franchisés titulaires de contrats avec l’enseigne au rouge-gorge inclut Schiever (France et Pologne), AZ Spa (Italie), Ruentex (Chine et Taïwan), Furshet (Ukraine) ou encore Nakheel (Dubaï). Echaudés par le divorce avec ONA au Maroc en 2007, le groupe nordiste est devenu prudent en matière de joint-venture. Une prudence que ne fait que conforter, par exemple, les relations difficiles avec le partenaire ukrainien, le bouillant Igor Balenko (ci-contre).

Pour atteindre ses objectifs, il est aussi probable qu’Auchan procède à des acquisitions qui vont au-delà du périmètre actuel des partenariats en cours. La dégringolade de leurs cours de bourse ont rendu nombre d’opérateurs beaucoup plus vulnérables. Pour des groupes non cotés comme Auchan, dont la marge de manœuvre est beaucoup moins affectée par la crise financière, les opportunités sont réelles. Enfin, des accords capitalistiques avec des distributeurs contrôlés par des familles soucieuses d'engagement sur le long terme ne sont pas non plus à exclure.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Gobin - dans L'actualité de l'empire
commenter cet article

commentaires

le veilleur 06/05/2011 17:32


les relations difficiles avec le partenaire ukrainien, le bouillant Igor Balenko lol
il n y a plus de problème avec leur partenaire le divorce a eu lieu sniff
mais Auchan garde 27% des supermarchés de Balenko


Anonyme 27/01/2009 15:38

et Assia Akhat, Mr Balenko, c'est aussi un investissement ?

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.