Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 16:09
Près de 20 cadres de Flunch poussés dehors en un an

Un comité de direction presque intégralement décimé, une dizaine de cadres dirigeants et autant de collaborateurs du siège partis, cinq directeurs de région remplacés : voilà à quoi ressemble le bilan social de l'encadrement de Flunch depuis un an. Ou, plus précisément depuis l'arrivée, en mars 2014, d'Olivier Descamps (photo ci-contre), d'abord comme directeur marketing, puis comme directeur général à partir de septembre. Depuis son entrée en scène, pas un secteur de l'entreprise n'échappe à sa volonté de réduire les coûts et de rationaliser les fonctions centrales.

Dans la ligne de mire du nouvel homme fort : les hauts salaires avec de l'ancienneté, poussés vers la sortie avec de gros chèques. Les méthodes sont brutales, les départs actés en quelques jours, voire moins. Ceux qui résistent prennent le risque de se retrouver avec leur chaise dans le couloir, sans fonction ni mission...

L'organigramme et ses vieux briscards ne sont pas seuls concernés. L'agence de publicité historique de l'enseigne, DoHow, bien qu'appartenant à un ami de Gérard Mulliez, a été remerciée. Trop chère ! Bref, c'est la fin des privilèges chez Flunch.

Pendant longtemps, le vaisseau amiral d'Agapes, le pôle restauration de la galaxie Mulliez, a financé le développement des autres enseignes du groupe. Mais depuis 2008, la rentabilité de Flunch est mise à mal et c'est tout Agapes qui s'en ressent. En 2014, le chiffre d'affaires s'est de nouveau replié, de 1,2 %, à 942,5 millions d'euros. Le bénéfice, lui, a été divisé par quatre, tombant à 2 millions d'euros. La mission confiée à Olivier Descamps est de réduire les coûts chez Flunch (y compris en poursuivant son retrait de l'international) afin de pouvoir reconstituer des marges, restaurer la rentabilité et relancer l'enseigne. Dans ce contexte tourmenté, à quelques jours de l'annonce de la nouvelle valeur de la part Agap'action, c'est en tous cas l'inquiétude qui prévaut chez les 11 132 salariés du groupe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Blog Mulliez
commenter cet article

commentaires

ll 22/07/2016 11:51

flunch le chiffre d'affaire dégringole depuis quelque année et l'entreprise à un déficit très inquietant le groupe flunch s'apprete à fermer plus de la moitier de ses restaurants en France entre 2016 et 2018
en plus leur restaurant le plus rentable en 2012 de France Mulhouse et lui aussi est passer dans le rouge en 2015 et sa ne s'arrange pas , le groupe a pris la désision de le fermer fin 2017 le pdg explique que les cafet petit prix non plus la cote comme dans les années 80 90 et que les anciens patrons non rien vue venir en plus la tva ne cesse d'augmenter le problème c'est qu'en 2009 quand la tva a commencer a prendre de l'empleur nous aurions du augmenter nos tarifs mais les anciens patrons ne l'on pas fait maitenant c'est trop tard nous essayons de faire des menus plus haut de gamme plus chère ou nous gagnons plus d'argent mais ses menus se vende très mal pour être rentable nous devrions augmenter nos tarifs de 7 a 8 euros exemple le poulet un plat qui se vend très bien son prix est de 6.95 mais pour être rentable il faudrait l'augmenter et le facturer 11.95 sauf que notre clientèle ne le payerais pas car notre clientèle à un faible pouvoir d'achat mais le problème ne s'arrete pas la notre clientèle fidèle avec un meilleur pouvoir d'achat s'en va chez burger king ou mac donald's ou Buffalo grill la pataterie poulaillon etc des restaurants qui on la cotte notre pire cauhemar serait de finir comme cafétaria eris qui en 5ans a du fermer tout ces restaurants mais le coup dure vient de Mulhouse ou notre restaurant est passer dans le rouge en quelque moi et en redressement et la liquidation a été prononcer et le restaurant ferme ses portes fin 2017 sauf si un franchiser rachète le restaurant se qui serait étonant le 2e problème et que nos restaurant sont souvent mal placée près de citer hlm qui n'attire pas la clientèle avec un meullieur pouvoir d'achat . le pdg du groupe flunch annonce que le chiffre d'affaire de juin 2016 est en recule de 9%comparer a juin 2015 des résultats très inquitant car le groupe s'apprete a virer presque 45% de sont personnelle en 4 ans en rapellant que flunch emploie près de 6900 personnes en France mais des plan sociaux on déjà eu lieu en 2011 reduisant de 10000 salariers a 6900 salariers en 2015 mais le societé reste dans le rouge et dans le déficit qui s'aggrave de mois en mois et son pdg Olivier Descamps n'est pas confiant pour l'avenir du groupe qui pense que son chiffre d'affaire sera en baise de 5.7%en 2016 par rapport à 2015 .
nous remercions m Olivier Descamps pour cette interwiew du 19 juillet 2016 pour overblog et le parisien

mk 04/08/2015 02:49

l'histoire se répète, les méthodes aussi. Le changement à la tête de Flunch me laisse à penser au mode de gouvernance appliqué par un ancien dirigeant Monsieur Lionel Ladouceur venu principalement du grand froid (Canada). Mission prioritaire licencier les anciens directeurs de restaurant (gros salaires). Geler les salaires pendant plusieurs années. Ne plus investir dans le matériel mais également immobilisme dans le développement. Résultat sur les prochains exercices une augmentation du résultat, une amélioration de l'EBE. Mais cela ne durera qu'un temps et comme pour Monsieur Ladouceur il quittera le navire en laissant le prochain dirigeant avec l'obligation de relancer l'entreprise et d'engager des investissements importants pour remettre en état l'outil.
j'ai travaillé pour cette enseigne durant 15 années et je peux confirmer certaines choses. Le passage de la tva à 5.5 n'a pas été redistribué entre l'investissement et l'augmentation des salaires. Il existe une concurrence interne aux enseignes. Dans ce domaine je pense aux différents services de développement où il est interdit de dire à un développeur d'une enseigne interne l'existence d'un emplacement pouvant lui convenir. Il y a là un gâchis en temps et en argent pour le groupe.
j'ai également constaté dernièrement que la carte fidélité a changé et ne donne plus droit aux 10% de réduction. Le poulet a également disparu du menu d'appel. La direction s'entête à garder une enseigne comme Sogood qui a toujours été déficitaire tout comme le traiteur et l'enseigne O'sushi. Pizza paî devrait étudier la concurrence proche dans son domaine et constaté que les produits proposés et le prix demandé aux clients ne sont pas à la hauteur. Exemple sur V2 un petit resto propose pour 12 euros des pâtes bolo avec une boisson.(Chose étrange dans la bolo il y a de la viande et de la sauce tomate). j'ai également constaté une certaine peur dans la prise de risque et donc une paralysie dans le prise de décision. Il faut qu'un nouvel emplacement soit rentable. ok mais de la à vouloir une garantie c'est autre chose. Je crois que l'on appelle cela entreprendre.
Pour conclure, je pense que la direction doit s'appuyer sur l'ensemble de son personnel, étudier les idées de ce dernier aurait à apporter. Il est proche du terrain et peut donner un nouvel élan au groupe. Regarder les nouvelles enseignes comme Baja Fresh cuisine mexicaine à base de produits Frais. Cette dernière étant dans la même logique que salad & co qui tourne bien.

Alexandre Tombéque 20/04/2015 05:42

En accord total avec le message précédent tout en sachant qu'il serait hasardeux de ne parler que de Flunch car chez Pizza Paï ce n'est pas beaucoup mieux. Pareil pour Amarine. Seul les Brasseurs à mon avis reste dans les clous. On a vraiment l'impression que tout fout le camp et seul compte la rentabilité à tout pris au détriment du reste. C'est un peu plus qu'un rhume et attention de ne pas croire et d'accréditer la thèse que c'est en cassant le thermomètre que l'on ferait baisser la température. Attention à bien se ressaisir sur le sens du mot AGAPES. Sans ça point de salut.

nelinou 20/04/2015 05:15

et maintenant saint maclou ,ça licencie à tout va,pression dans les magasins ,comme flunch et les autres,ca vire ca vire de partout ,gonzague mulliez revenait au pouvoir de votre société

ex-client Flunch 19/04/2015 16:21

Bonjour
Flunch s enrhume ? Normal ! Je ne suis plus client depuis plus d un an ... Pourquoi ? La qualite, la fraicheur des produits, l'amabilite du personnel qui laisse transparaitre une tension indiscutable. La nourriture est precuite pour etaler la charge de travail ... Le resultat ? Des legumes trop cuits car rechauffes et mous .... Les viandes ? Le steack tartarte a disparu ! Place au steack congele jete directement sur le grill ! Demandez le bleu : il est brule dehors et encore surgele dedans ! Demandez le autrement et alors la plus de difference entre eux gris jusqu a coeur ! Ne me dites pas que c est "mon" flunch qui est comme ca ! Je voyage sur plusieurs centres commerciaux, dans ma region mais ailleurs aussi et partout le meme constat et les memes deficiences ! La verite ? Au nom de la restauration des marges Flunch a perdu de vue son client pour le considerer comme un usager , pas de bol car ce n'est pas le cas. La nouvelle pub de flunch aurait du etre precedee d une repositionnemét du client et de ses attentes au coeur de l'entreprise et des decisions. Quelle deception ! Quel ecart entre la pub, l'image donnee et la realite de l'assiette ! Henry Ford disait : "ce n'est pas le patron qui paie les salaires mais le client " à mediter !

mulliez 18/04/2015 09:37

Presque intégralement décimé ,ça fait donc presque 10% ...! !
Donc grosso modo a été remercié :un directeur sur dix :
c'est énaurme cette fôte de ... français !!!!

Le Blog Mulliez 18/04/2015 11:41

@Mulliez, je parlais du comité de direction (organigramme du siège de Flunch), pas de l'ensemble des directeurs.

Anonymous Fluncheur 16/04/2015 11:21

Des départs, dont certains sont à l'initiative des salariés et d'autres dont beaucoup pensaient qu'ils étaient inévitables...

Il ne faut pas écrire n'importe quoi!
Et des employés plutôt rassurés dans leur majorité car des décisions sont prises.

tiNC 16/04/2015 11:00

flunch auchan et bientôt d'autre ils divisent les résultats par 2 voir 4 en deux ans mais les comptes de nos rayons sont bon voir meilleur mais "on" met en place un nouveau calcul (marge sur vente et autre changement de nomenclature) cela trouble le jeux même les DR laisse entendre qu'ils y voie pas claire . de mon point de vu c'est de la foutaise c'est une manière comme une autre pour gagner encore plus de fric dans le dos des employer et petit cadres (et pour ceux qui crache sur l'encadrement un petit rappel c'est eux les fusible pour le moment) .Les cadres : chef issue de la promo interne au rabais : Jeune sortant d'une belle école avec de belles promesses jamais ou peu tenue sauf pour les quelques relation : : Ancien CR agent de maîtrise que l'on a nommé cadre cela à simplifier les chose pour leurs en demander de plus en plus (50 à 70h semaine) . A ce jour on chasse cette encadrement trop "intelligent" et capable de demandé des compte un jour .Ces personne on fait la richesse de la famille ils ont tenu leurs équipes récompensé avec leur petit moyen leurs collaborateurs .Ce sont mis à l’écoute de leurs clients "ou habitant" et sortis les résultats mensuel .A ce jour il y plus besoin de cette encadrement petite zone il faut des managers qui "pilote" depuis un ordinateur et pensent "habitante" une cohorte de 10 sous manager qui ont eux 10 responsables et eux 10 collaborateurs en voila une belle pyramide ( pas chère et solidaire car si t'est pas a la hauteur t'est hors-jeu (frigos)) . Tout ça pour dire pas la peine de tirer sur les chefs qui sont pas tous "con" être solidaire face a cette famille qui nous enrichie c'est ça le bien et le lien.

Franck Nivelais 15/04/2015 15:44

Pour faire court, Chef de Rayon et Secteur ( CRS ). On va dans le mur. Comme disait un internaute on se carrefourrise. Pourvu que ça ne soit pas le mur du c... que nous franchissons allègrement. Quand au système Agapes il a vécu et il trimballe derrière lui et c'est le cas de le dire une paire de casserole. Alors quoi de plus normal que le ménage soir fait là aussi.
Asynus asynum fricat. ( l'âne frotte l'âne )

ZEBRA 3 15/04/2015 14:51

AVEC TOUT CA SI ON N A PAS DE PRIMES ALORS LA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

La face cachée de l'empire Mulliez

Entrez dans les coulisses de cette famille aux 700 cousins, découvrez qui est vraiment Gérard Mulliez, le fondateur d'Auchan, quelles sont les méthodes du groupe en Russie, ses cachotteries en Chine, ses relations inavouables outre-Atlantique.

Au sein de la tribu roubaisienne, le malheur des uns et les principes des autres ont fait la fortune de tous. Par-delà l’exceptionnelle réussite entrepreneuriale du clan, la saga Mulliez est d’abord une histoire familiale des plus romanesques. Riche en anecdotes et en confidences, l’enquête prend ici des allures de fresque historique où les révélations le disputent aux affaires de famille.

POUR COMMANDER LE LIVRE, CLIQUER ICI

 

Rechercher

L'empire des Mulliez

AFM2Fort de ses 600 000 salariés et de ses 86 milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'empire des Mulliez constitue le premier acteur familial de l'économie française. Il ne s'agit pas d'un groupe à proprement parler mais d'une galaxie d'entreprises ayant en commun d'être contrôlées par les membres de l'association familiale Mulliez (ci-dessus la photo du siège de l'AFM à Roubaix).
Les principales enseignes sont : Auchan, Leroy-Merlin, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Pimkie, Flunch, Atac, Norauto, Kiloutou, Cultura, Brice, Jules, Grain de malice, Top Office, Picwic, Phildar, etc. La plupart ont leur siège dans le Nord, autour de Roubaix, le berceau des Mulliez.

A vot'bon coeur amis lecteurs

Fonctionnant sans abonnement ni publicité, leblogMulliez.com propose aux internautes qui le souhaitent de le soutenir. Merci d'avance pour votre aide.